Organisé par des députés de son propre parti hostiles à l’accord de Brexit, le vote de défiance à l’encontre de Theresa May a été remporté par la Première ministre.

Theresa May - Première ministre britannique

Le feu s’est déclaré dans une chambre d’hôtel avant de se propager aux alentours – Illustration

Mercredi soir a été un soulagement pour la Première ministre britannique Theresa May. En effet, elle a remporté le vote de défiance organisé contre elle par son propre parti, le Parti conservateur ou plus précisément par des députés de son parti défavorables à l’accord du Brexit.

Selon l’annonce de Graham Brady, président du Comité 1922 et responsable de l’organisation interne des conservateurs, la Première ministre a obtenu 200 voix en sa faveur et 117 voix contre elle. Elle devait obtenir 159 voix pour remporter le vote, un nombre largement dépassé.

Le scrutin, devant être déclenché par 48 députés conservateurs au minimum (15% du groupe parlementaire) était un scrutin à bulletin secret. La victoire de Theresa May signifie alors qu’elle est maintenue comme Première ministre britannique et que pendant un an, son parti ne peut plus chercher à la déloger.

Lire aussi: Brexit : 27 pays de l’UE entérinent l’accord de divorce

Se battre de “toutes ses forces”

Theresa May, à la tête du gouvernement depuis environ deux ans était sur la sellette depuis quelques mois. Entre autres, des ministres ont été mécontents de sa manière de gérer le Brexit. Selon eux, elle aurait fait de mauvais choix et de faux pas, ce qui l’aurait amenée dans cette situation difficile.

Pour la première ministre, sa carrière de Chef de gouvernement va se terminer bientôt. Avant le vote, elle avait annoncé aux députés de son parti, le Parti conservateur qu’elle prévoyait de quitter ses fonctions avant 2022, soit avant les prochaines élections législatives.

Mais pour le moment, l’heure est aux combats pour Theresa May. Dans une déclaration devant Downing Street en matinée, elle a annoncé qu’elle se battrait “de toutes ses forces” pour rester en tant que Première ministre et “finir le travail” déjà commencé sur le Brexit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *