Jardin d'Antaninarenina

Suite à l’affaire de vente illicite du Jardin d’Antaninarenina, des personnes concernées ont déjà fait l’objet d’auditions.

Les autorités compétentes suivent de près l’affaire la vente du Jardin d’Antaninarenina. Selon les informations, le président du Conseil de la CUA et un rapporteur de Conseil ont déjà fait l’objet d’auditions.

Le Ministère chargé de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics a expliqué que toutes les parties concernées par la vente illicite seront auditionnées.

Il est à rappeler que le ministre de l’Aménagement du Territoire, Hajo Andrianainarivelo, est déjà intervenu sitôt qu’il a découvert l’acte de vente du Jardin public.

Des mesures sur tout le territoire

Outre le fait qu’une vente de cette envergure doit se faire dans les conditions légales, la vente d’un “domaine public” est illégale. Ainsi, Laza Andriamanjato, directeur des Domaines et de la Propriété Foncière, a affirmé que le jardin “doit être dédié à l’usage du peuple”.

Notons que le Jardin d’Antaninarenina appartient à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Concernant l’acte de vente du jardin, celui-ci a déjà été réalisé il y a des années de cela. Cependant, la mutation n’a été entamée que l’année dernière.

En outre, pour protéger le patrimoine public – devoir de l’État – tous les terrains mis en vente, appartenant aux Communes dans tout le territoire malgache feront l’objet d’enquêtes. Comme à Fianarantsoa et à Toamasina, des enquêtes suivent déjà leurs cours. Les autres grandes villes n’en seront pas épargnées.

Image : Jardin d’Antaninarenina – Crédit : CUA serasera/Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *